Allaitement d’un bambin, comment gérer les remarques de l’entourage ?




Qui n’a pas entendu ces petites phrases assassines ? « Tu comptes l’allaiter jusqu’à ses 18 ans ? » ou « j’espère que tu l’auras sevré pour ses 1 an sinon c’est de l’inceste ! » Quelques mots lâchés au détour d’une conversation, l’air de rien… pourtant, ils vous ont fait mal, ils ont induit des doutes et ils tournent dans votre tête … Votre réaction est normale, vous êtes une maman, vous êtes en perpétuel questionnement pour faire au mieux pour votre enfant. Et les personnes qui ont prononcé ces mots sont importantes pour vous. Oui mais c’est votre enfant, c’est vous qui savez ce qu’il y a de mieux pour lui, vous avez raison de poursuivre l’allaitement de votre bambin, pourquoi arrêter quelque chose qui marche ? Pourquoi mettre un terme prématuré à une relation harmonieuse , un maternage si bénéfique pour votre bambin ? Pourquoi anticiper le sevrage naturel. Aucune raison, tout va bien. Vous, le papa et votre bébé vous épanouissez ainsi ? Voici quelques astuces des autres mamans pour faire face à ces commentaires. Quelle attitude adopter, comprendre pourquoi ces mots sont si blessants et booster la confiance en soi.


Quelle attitude les autres mamans ont-elles tenté ?


En fonction de votre personnalité, de votre humeur mais aussi du lieu ou de la personne en face de vous, vous pouvez adopter différentes attitudes, réagir de différentes façons. L’important est avant tout d’être en phase avec vous-même.


La scientifique et savante.

Vous pouvez rappeler à votre interlocuteur que de nombreuses études démontrent les bénéfices pour la santé des mères et de leurs bébés d’un allaitement long. Vous pouvez souligner que ces bénéfices portent sur de nombreuses maladies comme les otites, les gastroentérites mais aussi l’obésité, le diabète ou l’hypertension artérielle du côté du bébé. Pour les mamans, l’allaitement apporte entre autre une protection contre les risques de cancers. Et cette protection est d’autant plus efficace que l’allaitement est long…

D’un point de vue psychique et psychologique, on sait aujourd’hui que non seulement l’allaitement long ne provoque pas de pathologies mais il favorise l’autonomie, la sécurité affective et un Qi plus élevé. C’est pour toutes ces raisons que l’OMS recommande pour tous les bébés qu’ils vivent ou non dans des pays riches, un allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois puis sa poursuite jusqu’à au moins 2 ans. Ces recommandations sont reprises aujourd’hui en France par le plan nutrition santé, la société française de pédiatrie et la commission des 1000 jours.

Cette attitude a l’avantage de mener la discussion sur un terrain intellectuel, de vous permettre de prendre de la distance avec l’émotionnel et l’intime. Il ne s’agit plus de vous mais des bébés en général, vous pouvez préparer et affûter vos arguments à l’avance pour être incollable.


La technique de l’autruche


C’est une attitude totalement opposée. Faire comme si vous n’aviez pas entendu, ne pas relever la remarque, changer de sujet. Cette attitude vous permet de vous protéger, de ne pas entrer en conflit avec des personnes que vous ne sentez pas prêtes à entendre et à écouter. Elle vous permet de repousser la discussion à plus tard, à un moment plus propice. Si votre enfant est présent à ce moment-là, il peut lui aussi réagir. Les enfants comprennent beaucoup de choses et sont sensibles à vos émotions. Leurs réactions sont toutes différentes, certains iront dans la provocation et demanderont à téter juste à ce moment-là, d’autres plus timides et réservés peuvent être déstabilisés et ne plus oser téter. Quelque soit sa réaction et votre choix, expliquez-lui ce qui se passe, mettez des mots sur vos sentiments et vos émotions et dites-lui qu’il peut téter selon vos habitudes, que c’est bon pour lui et qu’il peut continuer.


La militante


En plus des arguments scientifiques abordés par « la scientifique », cette attitude vous amène à introduire des arguments intimes et émotionnels. Vous pouvez expliquer que l’allaitement est pour vous un mode de vie simple et naturel. Vous pouvez mettre en valeur la richesse des échanges avec votre enfant, valoriser cette relation et exposer tous ses avantages matériels, émotionnels et éducatifs. Cette attitude et l’image que vous renvoyez font progresser le regard de la société sur l’allaitement long. C’est parce que nous ne voyons que peu de bambins téter , parce que ce n’est pas culturel, que cela ne se fait plus, que ce n’est pas visible que certains sont choqués. En vous affichant vous contribuez à l’évolution des mentalités, mais vous vous exposez. Pour vous rassurer une loi va bientôt être examinée à l’assemblée nationale : elle a pour objectif d’encourager l’allaitement par l’information des futurs parents mais aussi par une action sur l’opinion publique.


La psychologue

Cette attitude, comme la « scientifique et la militante » met en avant les arguments scientifiques et la réalité émotionnelle de la famille. Mais elle consiste surtout à prendre en compte cette autre personne, votre interlocuteur et sa remarque blessante en le questionnant sur ce que l’allaitement de votre bambin lui renvoie, sur ce qu’il ressent et pourquoi cela l’intrigue, le met en colère ou le questionne … « La psychologue » peut aussi expliquer qu’il existe 1001 façons d’élever un enfant, chacun fait ce qu’il peut avec ce qu’il sait, ce qu’il est, ses croyances et ses connaissances, mais aussi son entourage, et l’enfant lui-même.


Pourquoi ces personnes qui nous aiment ont-elles parfois des mots si blessants ?


Les mots peuvent être blessants pour diverses raisons.

  • Le ton sur lequel ils sont dits, l’agressivité et le dénigrement représentent en fait la colère ou l’angoisse de la personne qui les prononce.

  • Le contenu du message, en mettant en cause votre modèle éducatif, les choix que vous faites pour votre enfant. Ces remarques viennent réveiller vos doutes et vos propres questionnements. En tant que maman, en tant que parents entrant dans la parentalité, découvrant ce qu’est un enfant, comment on fait pour l’éduquer, vous découvrez et vous apprenez par « essai / erreur ». C’est normal, c’est comme cela que nous devenons tous parents. Et pour avancer nous avons besoin d’être valorisés, encouragés et soutenus.

  • Enfin, ces mots peuvent être blessants, seulement parce que la personne qui les prononce nous est chère, parce que nous l’admirons, nous souhaitons être une aussi « bonne mère qu’elle »

Mais comment comprendre, qu’aujourd’hui encore, en toute bonne foi des personnes de notre entourage puisse faire de telles remarques, véhiculer tant de préjugés, d’idées fausses sur l’allaitement ?


L’ignorance

Avec l’arrivé de votre enfant, vous vous êtes documentés, vous avez rencontré d’autres personnes, ou simplement vous avez cheminé avec votre bébé. Vous avez beaucoup appris sur l’allaitement. Ce n’est peut-être pas le cas des personnes de votre entourage qui n’ont pas toutes vos connaissances.


La culture

Même si depuis plus de 20 ans les choses changent, les regards et les mentalités évoluent. La France n’a pas la même culture de l’allaitement que les pays nordiques par exemple. Cela est lié à notre histoire mais aussi à l’évolution particulière du courant féministe en France.


Leur histoire

Nous avons tous une histoire avec l’allaitement, nous avons tous été enfant, allaité ou non. Cette histoire est souvent très inconsciente mais elle a laissé des traces.

Ainsi, les mots peuvent être blessants de multiples manières et pour de multiples raisons. C’est à la fois lié à la personne qui les prononce mais aussi à votre état émotionnel et votre statut de jeune maman. Vous avez différentes attitudes pour répondre à ces mots mais vous pouvez aussi avoir besoin de soutien, d’un moyen de vous ressourcer et de garder confiance en vous, en votre choix d’allaitement.


Comment booster la confiance en soi ?


Ne restez pas seule avec vos doutes et vos questions. Partagez-les avec des personnes qui ont une expérience positive de l’allaitement. Le papa bien sûr est votre premier soutien, il vous connait bien, il sait ce qui est important pour vous.

Vous pouvez aussi aller à la rencontre d’autres maman qui allaitent, au parc ou à la sortie de l’école, parmi vos connaissances et amies. Echangez, discutez avec ces mamans, vous verrez elles aussi rencontrent les mêmes difficultés, les mêmes questionnements, les mêmes petites piques… Vous n’êtes pas seule. Enfin, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux il existe plusieurs groupes de mamans allaitantes qui échangent astuces, bon plan et bonnes idées. De même, il existe aujourd’hui dans toutes les régions des associations de soutien à l’allaitement. Ces associations sont composées de mamans allaitantes formées à l’accompagnement et pour certaines de professionnels de santé. La plupart de ces associations proposent des réunions de mères en présentiel ou en virtuel. Ce sont des ateliers d’échange, des moments de discussion autour d’une animatrice. Ces réunions très conviviales sont très riches, elles vous permettront de rencontrer d’autres mamans et de partager autour de l’allaitement.

Enfin, si vous avez un questionnement plus personnel, besoin d’être accompagnée individuellement dans votre allaitement vous pouvez consulter une professionnelle de l’allaitement. Consultantes en lactation et conseillères en allaitement diplômées sont là pour vous accompagner dans votre projet d’allaitement de la grossesse et jusqu’au sevrage.



L’allaitement d’un bambin, même s’il correspond aux recommandations de santé est encore rare et inhabituel. Les réflexions et commentaires de la part de votre entourage peuvent vous blesser et vous déstabiliser. Mais vous avez des ressources pour répondre, valoriser l’allaitement et transmettre à d’autres le bonheur que celui-ci représente. L’allaitement est une belle aventure à partager avec votre enfant, faites vous confiance et entourez-vous de personnes qui ont un regard positif sur l’allaitement. Vous avez vous aussi entendu ces petites phrases ? Votre témoignage est le bienvenu